Tahar Cheriaa à l'ombre du Baobab de Mohamed Challouf

Ce Film est le portrait de Tahar Cheriaà le père incontestable du panafricanisme cinématographique et fondateur  des Journées Cinématographiques de Carthage, premier festival de cinéma en Afrique et dans le Monde Arabe (1966). C'est aussi l'histoire de son amitié avec  les pionniers du cinéma en Afrique comme Sembéne Ousmane, Tawfik Salah, Timité Bassori, Moustapha Alassane et tant d'autres qui, au lendemain des indépendances,  ont déployé toute leur énergie pour créer les premières images  authentiques de l'Afrique  postcoloniale et  indiquer la voie pour des cinématographies africaines capables de contribuer à la modernisation du continent en prenant en charge sa propre image dans la dignité et le respect de soi.

Biographie

Né en 1957 à Sousse (Tunisie), après des études au lycée technique de sa ville natale, en 1979 il se transfert a Pérouse en Italie ou il fréquente l’Università Italiana per Stranieri. En 1983 avec l’aide d’un groupe d’amis il crée le Giornate del Cinema Africano di Perugia premier festival dédié au cinéma africain en Italie. Il y assure la direction artistique jusqu’à 1994. Depuis 1986 il vit et travaille entre la Tunisie et  Milan ou il est collaborateur pour quelques années de Radio Popolare et depuis 1990 est organisateur de la manifestation culturelle LeUltime Carovane, une initiative multidisciplinaire dédiée à la promotion des cultures du continent africain. En 1992, il publie son premier livre photographique Les Enfants du Sud, un hommage à l’enfance en Afrique dont les photos ont été exposées dans une trentaine de villes d’Afrique et d’Europe. En 1994, il rentre en Tunisie pour travailler pour les Journées Cinématographiques de Carthage comme délégué général de cette manifestation du cinéma arabo africain. Pour plusieurs années il collabore avec le Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou FESPACO. De 1996 à 2010, il s’occupe de la programmation extra compétition officielle au Festival del Cinéma Africano, d’Asia e d’America Latina di Milano. En 2001 il est réalisateur et producteur de : Ouaga, Capitale du Cinéma, film sélectionné par la Mostra Internazionale d’Arte Cinematografica di Venezia et puis diffusé par Tele+ et Raitre. En 2004, il travaille avec le Piccolo Teatro di Milano pour l’organisation du Festival del Mediterraneo. Depuis 2005, il est fondateur et directeur artistique des Rencontres Cinématographiques de Hergla, une manifestation dédiée à la promotion du court métrage et du documentaire d’Afrique et de la Méditerranée, une occasion de rencontre et de dialogue entre le Nord et le Sud du Sahara et entre les deux rives de la Méditerranée. En 2009, il réalise le documentaire Mezzo secolo per un mondo intero. En 2015, il finit la post production de son nouveau long métrage documentaire Tahar Chèriaaa L’Ombre du Baobab un film portrait du père du cinéma tunisien et fondateur en 1966 des Journées Cinématographiques de Carthage. 

Distribution

Année 2015

Durée 71'
Pays Tunisie

Producteur et Réalisateur Mohamed Challouf
Chef Monteuse Kahena Attia
Image Hatem Nechi, Cristina Bocchialini, Kamel Régaya, Mohamed Challouf
Musique Mouna Amari et Pierre Akendengué
Assistante à la réalisation Gina Annunziata
Etalonnage Bussolati
Mixage Aymen Labidi
Calligraphie Mahmoud Khélifi
Production Caravanes Productions


L'écrivain Alain Mabanckou soutient le Festival Africlap

Prix Paulin Soumanou Vieyra

Mention spéciale

Prix de la solidarité humaine